Dossiers

  1. Un Agenda pour l'Avenir. Marc Bazin
  2. Les Paysans et le Sector Agricole dans le Plan pour le Sauvetage National. Chavannes Jean-Baptiste
    1. Summary
    2. Full text
  3. Le Centre de Facilité des Investissements. Frantz Large

 

Photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un Agenda pour l'Avenir

Bazin Marc Bazin

Monsieur le Président,
MM. les Membres de l’Association des Pasteurs,
Mes chers Rudy Boulos, Jim Morrell, Turnep Delpe,
Mes Chers Amis,

Laissez-moi d’abord vous remercier de votre aimable invitation à participer à cet important colloque et de vous féliciter de l’excellente préparation de nos travaux.  Laissez-moi aussi rendre hommage aux orateurs qui m’ont précédé à cette tribune pour l’exceptionnelle qualité de leurs interventions.  Egalement, je compte sur vous pour transmettre aux autorités dominicaines ma haute appréciation de l’accueil cordial qu’elles ont bien voulu nous réserver dans leur pays.
Mesdames, Messieurs,
Chers Amis,
Le Comité préparatoire m’a demandé de présenter un exposé sur le thème « Un Agenda pour l’Avenir ».  Cet Agenda, je l’ai préparé.  Il porte sur 12 points comme suit :

  1. Faire de la croissance économique le moyen central de la lutte contre la pauvreté.
  2. Augmenter les investissements
  3. Bien choisir les moteurs de la Croissance
  4. Adopter une approche territoriale du développement
  5. Augmenter l’épargne interne
  6. Redresser les faiblesses du secteur des banques commerciales
  7. Créer une Banque Publique de Développement Agricole & Industriel
  8. Mettre de l’ordre dans les entreprises publiques
  9. Proposer un  nouveau concept et des mécanismes nouveaux de l’aide étrangère.
  10. Faire une série d’émissions de « bons diaspora »
  11. Faire baisser le poids de l’augmentation de la pression démographique
  12. Conduire la bataille contre les inégalités.

En conclusion : dégager les voies du rapprochement nécessaire entre Haïti et la République Dominicaine, un rapprochement qu’imposent aussi bien le bon sens que la nature des choses.
Mais avant de vous présenter cet Agenda point par point,  je voudrais faire trois remarques :

  1. Il s’agit d’un programme destiné à se réaliser sur une période de 5 ans.
  2. La réalisation du programme assume qu’il est conduit par une extrêmement large coalition de femmes et d’hommes de bonne volonté, sans distinction de clans ou d’idéologies.  Il suffit que ces hommes et ces femmes soient des transformateurs et qu’ils fassent passer les intérêts d’Haïti avant leurs intérêts personnels.
  3. Pour vous faire partager les enjeux, il convient en guise d’introduction que je vous dise quelques mots sur la situation au point de départ.

Quel est notre point de départ ?
Haïti est un cas spécial.  Contrairement à ce qui s’est passé dans la plupart des pays sous-développés au début des années 80, chez nous, ce qu’on a appelé la crise de la dette n’était pas seulement le fait d’une faillite de la politique financière, d’inflation et de fuite de capitaux.  S’il ne s’était agi que de cela, un simple exercice de redressement des finances publiques aurait suffi.  Chez nous, la crise de la dette s’est également accompagnée d’un déficit de légitimité politique, lequel découlait de méthodes autoritaires et familiales d’exercice du pouvoir, du désarroi de l’appareil administratif et de pratiques de corruption généralisée.  La nature multiple de notre crise de la dette a donné lieu à trois phénomènes de correction qui ont prétendu changer pour longtemps la contexture socio-politiques de notre pays.
Les 3 phénomènes sont :

  1. Démocratisation
  2. Stabilisation
  3. Libéralisation commerciale.

Il s’agissait donc de trois défis de taille.
Aujourd’hui nous pouvons dire qu’aucun de ces défis n’a été relevé, ni complètement ni de manière satisfaisante.

  1. L’ordre constitutionnel a été brutalement interrompu à deux reprises en 10 ans, suivi chaque fois d’une occupation étrangère.
  2. Les règles électorales ont souvent été manipulées, contournées et violées avec un taux d’abstention de plus en plus élevé.
  3. Les exécutifs, même quand ils jouissaient de la légitimité populaire et de l’autorité charismatique, se sont souvent montrés maitres de la tactique politicienne mais incertains quant au sens de la direction qu’il convenait d’imprimer au pays.
  4. Le Parlement a souvent été le reflet non pas de partis politiques avec programmes et structure nationale mais de personnalités à forte ambition individuelle sans souci d’institutionnaliser la démocratie.
  5. La libéralisation des échanges commerciaux a été intempestive et n’a pas fait augmenter les exportations aujourd’hui, le déficit budgétaire est de $50 millions et pour la première fois depuis juin 2003, la balance des paiements est négative cette année.

Autant de faits et d’évènements qui ont conduit le pays à la paralysie, entrainé la perte de confiance du peuple dans la capacité, ou même la volonté des dirigeants à améliorer sa condition, ce qui l’a souvent forcé à choisir la route des humiliations ou la mort en haute mer, les deux générateurs de conflits avec nos voisins.  Dès lors, la communauté internationale, une fois de plus consciente des risques que Haïti devienne de manière irrécupérable un foyer de déstabilisation et de terrorisme pour la sous-région, s’est dépêchée de nous envoyer, du niveau le plus élevé, un nouveau messager de l’espoir et de la délivrance. 
Tel est, mes chers Amis, le contexte général dans lequel a été élaboré le projet d’Agenda que j’ai l’honneur de vous soumettre.


I -  Faire de la croissance économique le moyen central de la lutte contre la pauvreté

Voilà, j’en conviens volontiers, un sujet qui devrait vous étonner.  Car il est acquis, n’est-il-pas vrai ? que la pauvreté est notre problème No 1 et que c’est par la croissance que l’on réduit la pauvreté.  Malheureusement aujourd’hui, chez nous, la politique qui se fait n’est pas une politique de croissance mais une politique de stabilisation macroéconomique, laquelle se préoccupe avant tout d’éviter la hausse des prix et le déficit de sa balance des paiements.  Malheureusement, cette politique de stabilisation, pour nécessaire qu’elle soit, ne s’accompagne pas du climat institutionnel qui aurait permis au secteur privé de prendre des risques et d’investir.  Car ce secteur privé est contraint de fonctionner sans électricité, sans téléphones, sans des services portuaires efficaces et à bon prix, le tout aggravé par des règlements administratifs alambiqués propices à la corruption.  Entre une stabilité macroéconomique rigide et un climat institutionnel pénalisant, la pauvreté n’a pas diminué et à poursuivre dans les voies d’à présent les commentateurs les plus optimistes pensent qu’il nous faudra attendre trente six ans pour réduire la pauvreté de moitié.  Il nous faut donc sortir de ce guêpier et aller résolument vers la croissance, ce qui suppose évidemment un meilleur climat institutionnel et aussi une augmentation des investissements.


II – Augmenter les investissements


J’aurais aimé pouvoir vous dire de combien il conviendrait d’augmenter les investissements.  Mais je ne sais pas et je ne peux pas savoir.  « Pourquoi » ?  Parce que, à simplement constater nos tableaux statistiques, le niveau actuel de l’investissement serait déjà de 28 - 30% du PIB.  Or, 28-30% d’investissements représente dans tous les pays du monde un taux suffisant pour générer une croissance de l’ordre de 5-6% par an.  Or, en Haïti, en dépit des soi-disant 30% d’investissements, il n’y a pas de croissance.  Alors, que se passe-t-il ?  Il y a trois hypothèses : Ou bien on compte pour investissements toutes dépenses financées par l’aide étrangère, même quand il ne s’agit pas, à proprement parler, d’investissements.  Ou bien, les importateurs de biens d’équipements, pour des raisons fiscales, font passer pour investissements des biens de consommation.  Ou bien nous dépensons vraiment 30% du PIB mais cet argent est détourné à d’autres fins.  Alors, vous avez le choix : incompétence, fausses déclarations ou détournements de fonds.  Dans tous les cas, il existe un besoin de clarification.


III – Bien choisir les moteurs de croissance


Investir, mais où, dans quels secteurs ?

a) Dans l’agriculture.  Nous sommes un pays agricole et les rendements sont désespérément faibles.  Il faudra dons non seulement favoriser  aux planteurs l’accès à l’eau, à l’énergie, aux engrais et insecticides, mais lancer à vaste échelle des programmes de récupération des terres et de protection des  bassins versants.  Egalement, il conviendra de donner une haute priorité à l’investissement public et des incitations au secteur privé pour des investissements créateurs d’emplois en milieu rural.    

b)  dans les infrastructures, dont l’état actuel est inacceptable.  A titre de comparaison, la République Dominicaine est desservie par 6000 Km de bonne route, nous à peine 1,000.  Chaque Dominicain a à sa disposition 340 watts d’électricité.  Chaque Haïtien, 27 Watts.  Les logements, l’environnement dans les zones pauvres, les bidonvilles sont dans un état déplorable.  Des plans nationaux devraient être élaborés et leur financement assuré par l’Etat avec de nouvelles ressources.   

c)  Dans l’éducation, où les dépenses par élève devraient passer de $25 à $200.       

d)  dans la santé, où les dépenses devraient passer de $25 à $50. 

e)  dans l’assemblage et le tourisme, lesquels devraient bénéficier d’une politique fiscale adaptée aux besoins.


IV -  Adopter une approche territoriale de développement

Une telle approche serait basée sur l’idée, déjà adoptée par le gouvernement actuel au stade pilote, que les acteurs locaux et régionaux  devraient être impliqués dans la planification stratégique du processus de développement de l’infrastructure en ce sens que s’ils ont une bonne connaissance des obstacles, ils pourraient ne pas avoir conscience du potentiel pour l’exportation, de la situation dans les pays voisins.  Une telle approche stratégique, soutenue par le pouvoir central aiderait à combler ce vide.  La route pilote Dondon-St Raphael et aussi Thiotte-Anse-à-Pitre  devrait apporter une grande contribution à la pénétration de nouveaux marchés par les produits agricoles.  Cette manière de faire serait systématisée et généralisée.


V -  Augmenter l’épargne interne

Il n’y a pas de croissance sans augmentation de l’épargne.  L’épargne publique, à l’heure actuelle,  ne représente même pas 1.6% de G.200 milliards (le PIB) et devrait donc être augmentée considérablement.  Les ressources publiques devraient passer de 10 ã 15% du PIB en cinq ans à la fois

  1. Par un renforcement de l’efficacité du système fiscal
  2. Un élargissement de l’assiette
  3. Une lutte sérieuse contre la corruption

VI – Corriger les faiblesses du secteur des banques commerciales

Le Secteur des banques commerciales est le haut lieu des concentrations

  1. Dans les avoirs : 3 banques en ont 62%
  2. Dans l’allocation des crédits : 10% des emprunteurs individuels reçoivent 70% des crédits
  3. Dans le choix des activités économiques : les services et les consommations sont les gros bénéficiaires, l’agriculture et le transport pratiquement rien.
  4. Dans les mécanismes : tous les crédits sont à court terme, à long terme rien.
  5. Quant à la catégorie sociale des déposants : à peine 0.16% des Haïtiens ont accès à un crédit bancaire.
  6. Quant à l’écart entre les taux d’intérêts sur les dépôts et les taux sur les prêts : il est le double de ce qu’il est ailleurs dans la Caraïbe.

Il conviendra donc de donner aux banques commerciales les garanties juridiques qu’à bon droit elles demandent quant à la fiabilité des titres de propriété, de créer entre les banques un climat de compétition plus incitateur, en attendant, et de créer une Banque Publique de Développement.


VII -  Créer une Banque Publique de Développement

L’objectif serait de financer l’agriculture, les Petites et moyennes entreprises, à long terme et à des taux d’intérêts qui seraient rémunérateurs mais non pénalisants.  La proposition de créer une Banque Publique de Développement a soulevé deux catégories de réactions.
Dans un camp, on s’est frotté les mains en s’imaginant que Banque Publique signifiait automatiquement retour à l’IDAI et à la pratique de prêts généreux pour de mauvais projets, pas vraiment remboursables avec préférences pour des gens politiquement bien placés.
Dans l’autre camp, c’est l’orthodoxie qui prévaut : comment, s’est-on indigné, envisager de faire du financement public par ces temps de privatisation à outrance ?
Au premier, nous répondons qu’il n’y a pas une fatalité de la mauvaise gestion pour une banque, au seul motif qu’elle serait publique.  Un bon Conseil d’Administration, un personnel compétent, des règles d’opérations bien élaborées pouvant éviter toute déviation par rapport aux normes.  Aux seconds, nous rappelons que le secteur public, de nos jours encore, contrôle la plus grande partie du crédit dans la majorité des pays sous-développés.


VIII – Mettre de l’ordre dans les entreprises publiques

Il s’agit d’entreprises chargées de fournir l’eau, l’électricité, le téléphone, d’assurer les services portuaires.  Il s’agit donc d’entreprises qui sont le poumon de la société et de l’économie.  Or, elles sont mal gérées, leur personnel est en surnombre.  En 2005, le montant des subventions à l’EDH était de $47 millions.  Telle est l’incertitude qui règne dans le port de Port-au-Prince que beaucoup d’importateurs font transiter leurs commandes par la République Dominicaine.  Ces entreprises, il s’agira donc soit de les gérer en contrats stricts, soit de les privatiser mais, dans un cas comme dans l’autre il conviendra de mettre en place, à l’avance, des organes de contrôle et de régulation chargés de surveiller et de sanctionner la corruption, de fixer les marges de prix aux consommateurs et de vérifier à tous moments la conformité de la gestion avec les termes du contrat.

IX – Introduire un nouveau concept et des mécanismes nouveaux de l’aide étrangère.

Commençons par relever que les besoins d’aide étrangère sont considérables.  Pour réaliser le Document pour la Croissance et la réduction de la pauvreté, il faudrait compter entre $5 – 7 milliards.  Pour financer les dépenses de fonctionnement de transport et d’infrastructure de ces 5-7 milliards d’investissements, il faudra entre 5 à 30% de plus.  Pour financer les dépenses imputables à la réalisation des Objectifs du Millénaire, il faudrait compter environ $1.4 milliard par an d’ici 2015, soit environ $8.5 milliards.  Or nous savons que, en ce moment précis, le Trésor Public est en déficit de $50 millions. 
La conception Haïtienne de l’aide étrangère est mauvaise.  Elle consiste à faire l’inventaire de nos besoins et à présenter la facture aux donateurs avec, très souvent, force accusations et récriminations.  Nous devrions, au contraire, établir un calendrier de besoins assorti d’un échéancier des résultats, après qu’on aurait établi non seulement la part propre de l’effort national mais aussi un diagnostic complet des problèmes et des moyens - en ressources humaines, équipements et entretien -  par lesquels nous entendons réaliser notre plan d’investissement.

De même, nous devons essayer d’élargir le cadre de la coopération en recherchant notre intégration à l’Accord CAFTA (Caribbean Free Trade Agreement) avec les U.S.A., dont d’autres pays d’Amérique Centrale, y compris la République Dominicaine, sont déjà membres.  L’avantage d’un tel Accord serait qu’il consisterait un engagement ferme et définitif des USA, pas une concession révocable, et qu’il ouvrirait la voie à un flux d’investissements étrangers qui nous ont fait défaut jusqu’ici.

Une autre voie à explorer serait un Accord avec les USA qui faciliterait l’entrée sur leur territoire, chaque année, d’un contingent de nos compatriotes et leur embauche dans l’agriculture et les services, en échange de quoi Haïti s’engagerait à veiller à leur rapatriement dès la fin de leur contrat.  Un tel Accord rendrait certains secteurs plus compétitifs aux USA, donnerait aux immigrants un pécule investissable en Haïti, diminuerait la pression des boat people et des braceros et améliorerait la nature de nos rapports avec nos deux voisins.

Au lieu de quoi, nous n’avons pas une bonne capacité d’absorption de l’aide étrangère.  Souvent nous donnons l’impression de n’accepter le principe des réformes que comme le prix à payer pour recevoir l’aide.  Les contrats d’exécution sont passés sans une procédure rigoureuse d’appels d’offres.  Parallèlement, du coté des donateurs, l’aide est parfois liée, donc revient plus cher, est assortie de nombreuses conditions qui en rendent la consommation malaisée.  De ce fait, elle donne lieu à des suspensions répétées et conduit les donateurs à la faire passer par les ONG.


X – Emettre « des bons diaspora »

En supposant réglée la question de la double nationalité et apaisées les tensions entre les deux communautés, on devrait pouvoir envisager l’émission par la BRH de bons à souscrire par les Haïtiens de l’extérieur dont les transferts au pays se chiffrent à plus de $1.5 milliards par an à l’heure actuelle.  De tels bons qui auraient pour objectif de contribuer au développement, permettraient également aux souscripteurs de diversifier leurs portefeuilles.  Ces bons seraient émis à long terme, non négociables, à échéances multiples et comprendraient des coupures de $100 à $1000.  Ils ne seraient payables qu’à maturité. 

L’expérience de tels bons a été faite  par Israël dès Mai 1951 et représente, à hauteur de $25 milliards, environ 32% de sa dette extérieure.  C’est avec ces ressources qu’Israël a entrepris avec succès de grands travaux de déssalinisation de l’eau de mer.

Une expérience de la même famille a été faite par l’Inde.  La Banque de l’Inde s’adresse aux nationaux résidant à l’étranger et leur offre des taux plus rémunérateurs que ceux disponibles sur le marché des pays où ils résident.  Les bons sont émis dans toutes sortes de devises.  Fin 1991, le portefeuille de ces bons était de $11 milliards.

XI – Ralentir le taux d’augmentation de la pression démographique

Le taux moyen de croissance de la population a été de 1.4% entre 1971 et 1982.  Entre 1982 et 2003, le taux d’accroissement a été de 2.5%.  L’urbanisation également a été rapide – 4.9% par an – et le pourcentage de population vivant dans les villes est de 40% alors qu’en 1982 ce pourcentage était de 25%.  De plus, la population est jeune.  La moitié des Haïtiens a moins de 15 ans et 2/3 sont en dessous de 25 ans.  Une telle structure de population signifie qu’une explosion de la population est inévitable, si l’Etat ne se donne pas pour mission de réduire le taux d’accroissement par l’intensification des méthodes de planification et la formation.

A défaut, la pression sur les déjà maigres ressources du sol et les services sera intolérable.  Entre 1960 et maintenant, la densité a doublé, atteignant le haut niveau de 300 personnes par Km².

 

XII – Engager une lutte drastique contre les inégalités

De même que les chances d’amélioration des conditions de vie sont pratiquement nulles aussi longtemps que la population continuera d’augmenter à ce rythme alors que la superficie n’augmente pas de 1 Km² de plus, de même les inégalités doivent se réduire si nous voulons la croissance.

Haïti est le pays le plus inégalitaire d’Amérique latine et de la Caraïbe.  L’Amérique latine est le continent le plus inégalitaire du monde.  En Haïti, 10% de la population disposent de 50% du revenu national.   Mesuré au coefficient de Gini, - unité de mesure de concentration des richesses qui va de 0 à 1 et selon lequel plus on s’éloigne de 0, plus inégalitaire on est-  les pays, Finlande, Canada les moins inégalitaires sont à 0.4 de coefficient.  L’Amérique latine à 0.52, Haïti à 0.66.

Chez nous, les inégalités à la naissance se perpétuent toute la vie et se reproduisent de génération.  Cela est moralement injuste.  Cela est également catastrophique sur le plan de l’économie, car les inégalités exercent une pression à la baisse sur le taux de croissance, dès lors que 90% de la population ne disposent que des moyens limités pour participer à l’augmentation de la production.  Combattre les inégalités passe par une égale répartition des opportunités entre tous dès l’enfance et des mesures de rattrapage et d’égalisation des chances sur le marché du travail.  Seule une Conférence Nationale peut fournir le cadre d’un débat utile sur les options, le coût et le partage des coûts d’une politique nationale de lutte contre les inégalités.

Conclusion : Le nécessaire rapprochement entre Haïti et la République Dominicaine

En 1960, les deux pays avaient le même niveau de revenu par tête i.e. $500.  Aujourd’hui en 2009, Haïti est environ au même niveau qu’en 1960.  La République Dominicaine, en 2002, avait un revenu par tête de plus de $2.500, soit cinq fois plus que nous.  L’indice de fragmentation géographique est le même.  Les U.S.A. sont le principal partenaire commercial de l’un et l’autre.  Comme les Dominicains, nous avons accès aux facilités du Caribbean Basin Trade Act.  Les deux pays ont subi les mêmes entraves sur la croissance de la baisse des prix des produits primaires sur le marché mondial.

Comment expliquer la différence de performance économique ?

  1. L’environnement économique est plus favorable au secteur privé en République Dominicaine, au point où les Dominicains exportent  pour plus de $4 milliards de l’industrie d’assemblage, bénéficient de plus de $900 millions d’investissement.  De plus, 30% des envois des Dominicains de l’étranger ($2 milliards) vont aux investissements alors que, chez nous, le plus gros des envois de l’étranger va à la consommation.
  2. L’analyse comptable des composantes de la croissance montre que les différences de performance sont imputables à la différence en gains de productivité.  En Haïti, les baisses dramatiques du revenu dans les années 1980 et 1990 sont liées  à la baisse de la productivité totale des facteurs alors que l’inverse est vrai en République Dominicaine.
  3. Le tourisme représente 6 à 7 % du PIB dominicain.  Le nôtre s’est effondré.  De même, la libéralisation intempestive du commerce extérieur sans qu’elle fut accompagnée de mesures propres à relancer l’offre a contribué à l’effondrement de plusieurs produits agricoles alors que la République Dominicaine avait mieux négocié son détachement de la production traditionnelle (sucre, tabac, café, cacao, minerais).
  4. La phase de transition démocratique a donné lieu à plusieurs compromis entre les principaux acteurs et a moins perturbé la stabilité politique alors que, chez nous, la plupart des crises politiques se sont soldées par la violence.

 

La principale raison des tensions entre les deux pays réside dans la pression sociale que les haïtiens en situation illégale font peser sur le pays voisin, en dépit des immenses services qu’ils rendent à son économie.

La solution à l’atmosphère de crise permanente entre les deux pays est dans le rapprochement du niveau de performance économique d’Haïti par rapport à la République Dominicaine.  Les circonstances sont favorables.

Le potentiel d’augmentation de production et d’exportation de l’industrie d’assemblage et de création d’emplois est considérable.  Notre main-d’œuvre est abondante et habile.  Les zones franches dominicaines, concentrées sur l’industrie d’assemblage font face à une concurrence sévère par suite de l’élimination de l’Accord Multi-Fibre, ce qui pousse les producteurs à s’orienter de plus en plus vers de nouveaux produits et de nouvelles techniques de production.  De même, la décision de l’Organisation Mondiale du Commerce de faire cesser la promotion de politiques d’exportation pour les zones franches dominicaines en 2010 nous offre un potentiel d’augmentation de notre part d’accès sur le marché américain de l’assemblage et des perspectives d’arrangements de coproduction combinant main-d’œuvre haïtienne et production dominicaine.

D’ailleurs, il n’y a pas de raison que la coproduction se limite à l’industrie d’assemblage dès lors que les principales contraintes haïtiennes à la production (mauvais climat institutionnel, infrastructure délabrée, formation déficiente) auront été levées.  A ces mesures directes d’atténuation des écarts de performance entre les deux pays pourraient s’ajouter l’intégration d’Haïti à l’Accord DR.CAFTA, l’accroissement de la mobilité des ressources de main-d’œuvre haïtienne vers les U.S.A.  à travers un Accord bilatéral et la mise en place d’un Accord d’harmonisation des politiques économiques et commerciales entre les deux pays, au plan notamment d’un traitement équilibré de la production et des échanges entre les deux pays.

Un tel rapprochement serait une initiative de bon sens conforme à la nature des choses.

                                                                                    Marc L. Bazin
Président, MIDH

Santo Domingo, 30 aout 2009.

Return to top

 

 

Peyizan yo ak Sektè Agrikòl la nan yon Plan Sovtaj Nasyonal

Chavannes Chavannes Jean-Baptiste

Summary

The peasants are more than 60 percent of the population — 70 percent of the active population. Despite this high percentage, they only produce 40 percent of the food the country consumes.

The country is seriously dependent on food imports. We import more than US$380 million in food. That equals more than 80 percent of our exports.

We only produce 20 percent of the rice that we consume, estimated at 450,000 metric tons.

We have lost our food sovereignty and our customary diet. There is no national sovereignty without food sovereignty.

Agricultural production continues to fall with our poor land tenure, which leads to a catastrophic degradation of the environment.

We cut down more than 50 million trees a year. Today there are hardly any trees left in the country, a country of which 75 percent is mountains. We have less than 2 percent vegetal cover left. This leaves the country two seasons: dry and hurricane. The very existence of the country is in danger.

We have more than 36 million tons of soil that empties into the sea each year.

What Is to Be Done?

  1. A thorough land reform. The land to the peasants who work it. Agricultural credits, long-term and low-interest. Extension services, subsidies, guaranteed markets, insurance, etc.
  2. A national soil-conservation and reforestation program. Make reforestation a priority that is supported by all the sectors. The Peasants’ Movement of Papaye proposes a program of US$1.00 per month for a fruit-bearing tree.
  3. A national program of alternative energy: solar, geothermal, hydraulic, etc.
  4. Subsidy of propane gas
  5. Job-creation in the rural areas in the construction of ponds, irrigation canals, farm roads, fish farms, etc.

To make these things possible, we must change the predatory state. Changing it will require serious unity among the social forces that want to save the country. It is essential that the social movement make a plan. It is essential to have unity between the forces within the country and in the diaspora.

It is essential to resist the "presidential disease," the craving for power.

Full text

PEYIZAN YO AK SEKTÈ AGRIKÒL LA NAN YON PLAN SOVTAJ NASYONAL

Entèvansyon CJB nan konferans pou defini politik ak direktris pou rive nan yon sovtaj nasyonal.

1- REMÈSIMAN.

Nou di òganizatè yo mèsi paske yo envite nou pou vin pale sou peyizan yo ak sektè agrikòl la nan yon plan sovtaj nasyonal.

2 – KÈK KONSTA.

Si òganizatè yo pale de sovtaj nasyonal se paske peyi a an danje.

Nou dakò ak tèm sa paske pi grav pase sa se lanmò pou peyi a, sitou si lanmò klas peyizan yo, pi gwp gwoup sosyal kid we tounen pi gwo fòs sosyal nan KONBIT Pou sove peyi a.

Pa gen sovtaj nasyonal san sove peyizanri a, pa gen sovtaj nasyonal san patispasyon majorite popilasyon an. Peyizan yo reprezante plis pase 60% popilasyon aktiv peyi a. Nan depatman sant, peyizan yo reprezante plis pase 79% popilasyon aktiv la. Gwoup sosyal sa, se li menm ki pi pòv paske se li menm ki viktim pi gwo eksplwatasyon, pi gwo eksklizyon nan peyi sa paske yo konsidere yo kòm moun andeyò. Depi yo te fin patisipe aktivman nan bay peyi a endepandans yo ekskli yo. Lang fransè a, se yonn nan gwo enstriman eksklizyon an.

Malgre kantite moun ki nan sektè agrikòl la, peyi a resatavèk nèt nan zafè manje lè nou konnen pwodiksyon agrikòl peyi a pa kapab nouri plis pase 40% nan popilasyon an.

Selon estatistik yo, plis pase 80% deviz peyi a pase nan achte manje. Yo pale de 380 milyon dola vèt ki ale nan achte manje. Nou enpòte 3 fwa plis pase sa nou ekspòte. Se pwodwi soutretans ki rapòte peyi a plis deviz. Ekspòtasyon kafe pa ekzanp pa rapòte plis pase 2 milyon dola jodya.

Nan ane 70 yo, Ayiti te otosifizan nan zafè diri nap manje, jodya, no pwodwi ant 20 a 25% sèlman nan 450 tòn diri nou bezwen pou konsomasyon nou chak ane. Non sèlman nou pèdi souvrennte nou nan zafè manje, nou pèdi abitid alimantè nou yo. Nou pito manje zagribay pase manje natif natal, manje ki sen peyizan pwodwi.

Pa kapab genyen souvrennte nasyonal san souvrennte alimantè. Yon pèp pa kapab granmoun si li pa granmoun nan zafè manje pou nouri tèt li.

Pwodiksyon agrikòl peyi a ap glise desann akòz :

- Debwazman katastrofik mòn yo ki kouvri 75% tèritwa peyi a. Nou koupe plis pase 50 milyon pye bwa. M pa kwè nou plante 3 milyon. Jodya, pratikman pa gen bwa pou koupe ankò, se rasin bwa anba tè peyizan ap fouye pou fè chabon. Chabon reprezante plis pase 75% enèji pou fè manje nan vil yo. Nou mele paske pa gen bwa ankò. Nou genyen mwens pase 2% kouvèti vejetal.

 

- Absans kouvèti vejetal la, se yon katastròf pou anviwònman an. Nou vin gen 2 sezon ki se sezon sèch ak sezon siklòn. Chak ane, nou genyen plis pase 36 milyon tòn tè ki ale konble lanmè, detri anviwònman maren an.

 

- Plis pase 50% tèritwa a ki deja tou piti deja enkiltivab. Nou aprann lekòl,Ayiti se yon peyi esansyèlman agrikòl. Men nou dwe rekonèt se pa yon peyi a vokasyon agrikòl vrèman paske majorite tè nou yo gen yon pant ki depase 30%.

 

- Depi lapli menase tout moun gen kè sote. Lè nou pa anba sechrès, nou anba inondasyon. Jodya, sechrès la tèlman rèd nan Nòdwès, peyizan yo di pito yo ta jwenn yon siklòn ki ta ba yo yon ti dlo.

 

- Anpil peyizan pa gen tè, sa ki genyen yon ti mouchwa tè yo pa gen sekirite sou yo. Zafè teni fonsyè a se yon gwo pwoblèm ki sèvi yon goulo etrangleman pou pwodiksyon agrikòl la, pou pwoteksyon anviwònman an.

 

- Jodya peyizan yo pa gen okenn asistans teknik, okenn pwogram kredi. Sèl kredi ki ekziste nan milye peyizan yo se kout ponya ak yon to enterè otou 300% pa ane ak mikwo kredi pou fè ti kòmès pwodwi enpòte yo ak yon to enterè 60% pa ane.

 

- Peyizan yo pa jwenn entran agrikòl, yo pa jwenn dlo pou wouze tè yo akòz sistèm irigasyon. Men kote ki gen kèk sistèm yo, rivyè ki alimante yo kòmanse teri. Se ka Senrafayèl pa ekzanp.

 

3 – SA KI DWE FÈT NAN YON PLAN SOVGAD NASYONAL.

 

Nou ta kapab pase 2 jou ap fè konsta, nou pa tap janm fin konstate. An nou gade pito ki sa ki ta dwe fèt.

 

Nou tout nou konnen, veritab pwoblèm lan. Veritab pwoblèm lan, nannan pwoblèm lan, se yon pwoblèm politik.

 

Ekzistans peyi a pa posib a mwayen tèm san Leta pa panche sou pwoblèm peyizanri a. Fon pwoblèm peyizanri a ki se nannan pwoblèm tout peyi a, se pwoblèm anviwònman. Nou mete pwoblèm anviwònman an, anvan pwoblèm pwodiksyon agrikòl la.

 

Rezolisyon pwoblèm anviwònman an, pwoblèm agrikilti peyi a pase pa :

 

a) Yon refòm agrè entegral : Tè pou peyizan kap travay tè omwens yo dwe gen sekirite absoli sou tè yap travay; kredi agrikòl ak yon to enterè ba pou yon tan ki long; asistans teknik ak sibvansyon sou yon fòm ou lòt pou gen estrikti transfòmasyon, estrikti estokaj, estrikti kòmèsyalizasyon; yon mache ak bon pri garanti; sistèm asirans pou pwodiksyon agrikòl ak pou peyizan yo; pwoteksyon peyi a kont kontrebann ak baryè lib pou pwodwi yo ki benefisye dumping peyi endistriyalize yo.

 

b) Yon pwogram nasyonal pou sove anviwònman peyi a ki dwe genyen ladan plizyè aktivite :

- Konsèvasyon sòl ak rebwazman dwe tounen yon priyorite nasyonal ki angaje tout sektè lavi nasyonal andedan ak deyò peyi a. Nou dwe kouvri peyi a ak pye bwa fwitye ak forestye. Tout moun dwe mete men nan sa si nou pa vle peyi a disparèt. MPP genyen yon pwopozisyon konkrèt ki kapab pèmèt nou kòmanse manyen pwoblèm lan : Yon dola chak mwa pou yon pye fwi.

 

- Mete kanpe pwogram enèji altènativ. Leta dwe kòmanse pa sibvansyone gaz pwopan ak recho, pwodwi enèji solè , eyolyèn,idwolik,pwodiksyon biogaz ak dechè, fabrikasyon brikèt pay etc.

 

- Klarifye wòl Ministè Agrikilti ak Ministè anviwònman. Mete 25 % nan bidjè nasyonal la nan agrikilti ak pwoteksyon anviwònman.

 

c) Dekonsantrasyon ak desantralizasyon sèvis piblik yo : Lekòl, Inivèsite; swen santé.

 

d) Mete kanpe yon veritab pwogram alfabetizasyon, yon pwogram masif. Sa mande sètènman yon volonte politik.

 

e) Kreye travay andeyò pou peyizan yo nan konsèvasyon sòl ak rebwazman, nan mete kanpe sistèm irigasyon, nan fè wout agrikòl, nan fè sistèm dlo potab, nan konstriksyon lak kolinè, nan konstriksyon sitèn pou peyizan yo sispann fè chabon pou yo siviv.

 

Tout koze sa yo se blag, si nou pa rive kreye yon lòt mòd Leta. Kreye yon lòt mòd Leta, se gwo defi a, se manman penba koze a paske divizyon, mefyans, mètdam anpeche nou fè Inite nesesè pou chanje Leta a.

 

Chanje Leta nan peyi sa, se pa yon bagay fasil paske gen twòp moun ki soufri maladi prezidantit, gen twòp moun ki sèvi lwa pouvwa ak lwa avwa nenpòt jan. Jan l pase l pase.

 

Nou pa kwè nan Inite tout moun nan sosyete a, inite tout gwoup sosyal yo. Nou kwè sa se yon bèl rèv.

 

Nou kwè nan kokenn chenn Inite mouvman sosyal la (peyizan, ouvriye, òganizasyon fanm, òganizasyon jèn, òganizasyon etidyan, òganizasyon katye, òganizasyon sosyo pwofesyonèl) andedan peyi a ki makònen fòs yo ak òganizasyon nan dyaspora pou defini yon pwojè sosyete kote tout moun jwenn plas yo. Gwo mouvman sosyal sa dwe makònen fòs li ak òganizasyon politik ki vle pote kole nan ekzekisyon pwojè sa.

 

Refonde ou fonde Eta Nasyon an mande yon gwo Konbit nasyonal kote majorite pitit peyi a ni andedan ni deyò patisipe.

 

An nou sonnen lanbi a jodya paske demen ap twò ta.

 

Le Centre de Facilité des Investissements

Large Frantz Large

 

  • Que ceux qui peuvent le faire prennent leurs responsabilites.
  • Pas normal que l’international finance de manière quasi-totale l’humanitaire.
  • Pas normal que le secteur prive ne fasse que financer des voyous qui garantissent la perpetuation du vol et du viol de la loi.
  • Pas normal que nous nous obstinions a jouer l’individualisme.
  • Pas normal que nous nous n’ayons plus de vrais leaders qui n’aient pas peur de prendre leur responsabilite.
  • Pas normal que des chambres de commerce aient a dependre d’une aide internationale arrogante et largement corrompue.
  • Pas normal que nous ayons cesse de croire a nous meme et en dieu. . . Click here to continue