Posted by Haiti Democracy Project, haitipolicy.org

 

O-R
O N È - R E S P È H O N N E U R - R E S P E C T
Sant Ekimenik Dwa pou Tout Moun Centre Oecuménique des Droits Humains

10 DECEMBRE 2002 : 54E ANNIVERSAIRE DE LA DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS HUMAINS : LE CEDH LANCE UN CRI D'ALARME :

REQUIEM POUR LES DROITS DE L 'HOMME

En ce 54e anniversaire de la proclamation de la Déclaration des Droits humains par les Nations Unies, le CEDH tient à remercier tous les amis qui se sont manifestés en apprenant que la Ré- Publique Française avait décerné son Prix des Droits Humains au Centre Oecuménique. Cette distinction est pour tous les membres du CEDH un honneur et une joie, mais c'est de la part du gouvernement français, un geste significatif qui démontre l'importance que le respect des droits de la personne a acquis dans le monde d'aujourd'hui.

On se souviendra que c'est, basé sur la doctrine du respect des droits, que le président Carter et l'ambassadeur Andrew Young ont exigé, en 1977, la libération des prisonniers encore vivants de Fort-Dimanche, geste qui a sauvé la vie à 118 de nos compatriotes. Toutes les organisations internationales, à l'heure actuelle, ont introduit dans leurs relations avec les Etats la considération du respect des droits des citoyens. Telle récemment, le groupe de la Francophonie qui a adopté la Déclaration de Bakamo qui exige qu'un pays soit mis à l'écart du groupe s'il ne respecte pas la vérité des élection et l'ensemble des droits de ses citoyens. Nous le savons bien puique le pays depuis plus de deux ans est bloqué dans son développement à cause des sanctions imposées suite à la tenue des élections du 21 mai 2000, élections qui ont utilisé une procédure illégale pour éliminer la majorité absolue exigée au premier tour par la Constiution et la loi électorale.

Cette distinction décernée au Centre Œcuménique démontre l'importance que prend, dans les relations internationales, le combat pour les droits de la personne, qui a, peut-ètre, été un facteur majeur dans l'écroulement du système soviétique. Cette distinction qui sera remise le 19 décembre ä Paris au Directeur du CEDH aura lieu au moment où notre pays a vu s'écrouler le système des lois., dont le respect est fondamental pour qu'existe un état de droit. A la joie donc de recevoir cette distinction du gouvernement français, se mêle en même temps une profonde tristesse et indignation que nous partageons avec tous les citoyens de notre pays.

"Nou Bouqué!" nous en avons assez!" tel est le cri que l'on ne cesse d'entendre surtout depuis la première manifestation avortée du 28 mai 2000.. De tous côtés et de toutes manières, se manifeste le ras-le-bol d'une population qui a été trahie par ceux à qui elle avait confié le 16 décembre 1990 le mandat constitutionnel, d'établir , enfin, un état de droit dont la Constitution serait la boussole.

Mais aussi., deux cents ans après la révolte des esclaves de la Plaine du Nord, après 29 ans d'une dictature insensée et cinq ans de gouvernements transitoires répressifs, le cri de Vertières entend , dans son serment, officialiser le ciment qui doit tenir ensemble la nation haitienne : l'égalité des droits, le respect des libertés, la justice égale pour tous les cityoens de ce pays, sans discrimination, sans exclusion : une nation vivant en communauté dans le respect mutuel.

En lieu de ça, le CEDH , comme tous les citoyens de ce pays et tous les observateurs de toutes les institutions qui se sont prononcées, ne peut que constater l'effondrement du système de loi et des lois, le blocage de la justice, dans un pays actuellement dominé par la violence d'état, l'impunité aux voleurs et assassins, l'abence, finalement, de gouvernance. Ont repris , pour ne citer que ces exemples, les disparitions de personnes, et l'apparition de cadavres anonymes au coin de rues, qui révèle la pratique d' exécutions extra-judciaires. La chasse aux journalistes, généralisé, vient d'être dénoncée par le Haut Commissaire des Nations Unies pour les droits humains,. M. Sergio Viera De Melo, qui va jusqu'à évoquer l'intervention possible du Tribunal Pénal International.

Certes, en même temps, un grand progrès a été fait, dans la mesure où les violations ne peuvent plus avoir lieu dans le secret et le silence. Les apprentis-dictateurs, les violateurs clandestins, dans des sociétés rendues silencieuses parce que baillonnées par la peur, ne peuvent plus bénéficier du silence qui a couvert les horreurs de l'ère duvaliériste.. Aucune nuit ne peut couvrir les méfaits de violateurs et c'est le monde entier qui se met à scander les noms de Jean Dominique et de Brignolle Lindor; c'est le monde entier qui assiste à la proclamation du serment de Vertières qui enfin donne un contenu à l'édification de la nation, basé sur l'égalité devant la loi, devant la justice, devant la force.

C'est pourquoi, devant la trahison des responsables choisis par la nation le16 décembre1990, trahison balisée par les élections bidon de mai 2000, les crimes du 17 décembre 2001, commis en plein jour, au vu et su de tout le monde, le CEDH de toutes ses forces et de façon solennelle entonne la litanie du refus, malgré la surdité et l'entêtement de nos responsables irresponsables.

NON aux élections bidons ! NON aux arrestations illégales ! NON aux bâtons, matraques,fouets et rigoises! NON aux montages et mensonges qui servent à maintenir en prison des dizaines de citoyens! NON au slogan tolérance zéro, inexplicable dans la bouche d'un chef d'Eat , supposé être le garant des vies et des lois et qui a livré à des luynchages barbares des dizaines de personnes! NON aux disparitions, arme de la peur et de la terreur, qui laisse des familles dans les affres de l'ignorance du sort des leurs! NON aux slogans vides, concernant la paix, l'alphabétisation, qui ne fons que dissimuler les méfaits de l'improvisation et de l'incompétence! NON à la violence qui depuis l'indépendance, a fait le malheur du pays, détruisant des vies et le patrimoine national! NON aux détournements des biens publics, pour l'enrichissement d'un petit groupe de grands manjeurs et pour financer les activitées et les contre-manifestations du parti au pouvoir! NON aux distributions d'armes à des groupes qui, dans les quartiers, défient la loi, la police et les autorités et terrifient la population! NON à l'usage des media publics qui servent à diffuser les mensonges de la propagande officielle et pratiquent, dans leur publicité, le culte de la personnalité interdit par la Constitution! NON à tous les 21 mai, à tous les 17 décembre, NON au mensonge, au vol et à l'assssinat! Car, ce que nous voulons, avant que la faillite soit irréversible, c'est un gouvernement formé de citoyens responsables, compétents, simples et vrais, faisant le travail qu'ils sont supposés faire .des écoles, des hopitaux, des travaux d'irrigation, des routes, des ponts, des ports, des plans, du travail, des logements., des citoyens qui soient de vrais hommes d'Etat et non pas des farceurs acculés à improvisér et à mentir. Nous voulons appartenir à une nation qui soit une vraie communauté, où tous les enfants sachent, lire, écrire, chanter et danser.

Jean-Claude Bajeux, 8 décembre 2002.A 387 jours du bi-centenaire de l'indépendance.

Rue des Marguerites, Port-au-Prince, Haïti.* Email :cedh@acn2.net * Tel : (509) 245-4106.* Fax 245-6880 //257-5243